Un solo pour mille images. Un corps pour mille reflets. Un danseur pour mille histoires. Philippe Decouflé se met seul en scène pour offrir un portrait diffracté, dont les lignes de fuites ouvrent sur des fragments d'existence et de sensations. La scène peuplée d'écrans blancs ou d'aplats de couleurs est le lieu de la démultiplication du danseur : ses ombres s'envolent et se répondent dans un jeu de reflets. Il n'est plus seul mais multiple. Ses mains donnent le tempo, elles dansent à leur tour et nous racontent une histoire. Son Solo est un je de bascule, un aller-retour du danseur au spectateur.

 

AVEC
PHILIPPE DECOUFLÉ
MISE EN SCENE
PHILIPPE DECOUFLÉ
MUSIQUE
JOACHIM LATARJET
LUMIERES
PATRICE BESOMBES
VIDEO
OLIVIER SIMOLA, LAURENT RADANOVIC
SON
CLAIRE THIÉBAULT
ACCESSOIRES
PIERRE-JEAN VERBRAEKEN

 

Spectacle créé en 2003.

Production déléguée DCA
Coproduction Grand Théâtre de Luxembourg, Festival de danse de Cannes

 

Philippe Decouflé nous offre un Solo rempli de pluriels, émouvant et drôle malgré quelques saynètes répétitives, accompagné en live par le musicien touche-à-tout Joachim Latarjet. Il y égraine ses « dadas » artistiques et se livre par touches impressionnistes, avec délicatesse et pudeur, faisant de ce Solo un autoportrait patchwork. Celui d'un homme facétieux qui regorge d'envies et de talents, s'amuse de nous amuser et prend un plaisir fou à nous faire rêver et à rêver avec nous.
Pariscope, Premiere.fr, juillet 2012

Le chorégraphe reprend son Solo : un morceau d'anthologie qui réunit toutes les magies et merveilles de la danse combinée aux effet optiques.
Figaroscope, juin 2012

La reprise de ce seul et unique Solo vaut le détour. Intitulé « Le doute m'habite », cette pièce glisse une confidence en mode « humour sur l'incertitude et l'inconfort intime de ce chorégraphe pourtant très populaire. Et sans doute est-ce cela qui donne à ce solo résolument magique, magnifiquement habillé de projections lumineuse, son goût discret de perplexité, cette fragilité qui émeut et séduit. (...) A voir et revoir.
Télérama Sortir, juillet 2012

Un corps seul, le sien, est la matière intime de Solo, un titre qui, dans sa simplicité, dit tout l'enjeu de cette entreprise de dévoilement. Avec Solo, Philippe Decouflé crée un nouveau théâtre pour le corps, intimiste et poétique, où se côtoient l'image et le réel, l'apparence et l'illusion, le reflet et l'écran.
Toutes les nouvelles, février 2005