1995

DECODEX

 

Ce même dédale de folies. Ces mêmes bribes de souvenirs hallucinés, sortis tout droit du Codex Serafinianus. Cette même carte imaginaire d'une mystérieuse civilisation. Dans la lignée de Codex, ce spectacle invente des créatures cocasses et étranges dont les costumes allongent les corps. Interminables trompes, cornes ou doigts de tissu, pieds palmés : ces excroissances en mouvement transforment les silhouettes humaines. Mais où sommes-nous ? Dans une civilisation parallèle, ces danseurs aux tailles disproportionnées, créatures mi végétales, mi animales cherchent des lignes de fuite. Hors du vertical monde humain.

 

AVEC
CHRISTINE BOMBAL, BRAD DENYS, ÉRIC MARTIN, ALEXANDRA NAUDET, IRMA OMERZO, NANCY RUSEK, CHRISTOPHE SALENGRO, OLIVIER SIMOLA, ROSALBA TORRES, CHRISTOPHE WAKSMANN
MISE EN SCÈNE
PHILIPPE DECOUFLÉ
MUSIQUES
HUGUES DE COURSON, SÉBASTIEN LIBOLT
FILMS
DOMINIQUE WILLOUGHBY
COSTUMES
PHILIPPE GUILLOTEL
LUMIÈRES
ERIC WURTZ, PATRICE BESOMBES
DÉCORS
JEAN RABASSE
VOLS, ACCESSOIRES
PIERRE-JEAN VERBRAEKEN
SON
CLAIRE THIÉBAULT
COORDINATION
PASCALE HENROT
ASSISTANTE CHORÉGRAPHIQUE
MURIEL CORBEL
ASSISTANT DRAMATIQUE
CHRISTOPHE SALENGRO

 

Spectacle créé le 15 juillet 1995 au Festival Marseille Méditerranée.

Production DCA

Coproduction Festival Marseille Méditerranée Ville de Marseille, MC93 - Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, La Coursive - Scène nationale La Rochelle, Festival d'Automne à Paris

 

Dans Codex (1986) et aujourd'hui encore dans Decodex, trois batraciens identiques introduisent la danse des « palmes ». La figure ? deux danseurs debout maintenant un troisième la tête en bas ? est devenue emblématique de la compagnie. Voir le monde d'en haut ou à l'envers qu'importe, du moment que le regard est chamboulé.
Le Monde, septembre 1995

Ce goût de la liberté, de la transformation, cette envie permanente d'échapper à un seul état ne peuvent que toucher, aujourd'hui où il faudrait se comporter comme une carte à puce. On préférera à ces numéros qui encombrent les mémoires ceux de Philippe Decouflé, ses décodages, ses piratages, les jeux de jambes de boxeur affolé, les bras élégants et légers, les battements d'aile de ses créatures aux gueules d'ange.
Libération, novembre 1995

De surprise en surprise et de machinerie en diablerie, Decodex achève de faire de nous des enfants.
Le Parisien, octobre 1995

Decodex, c'est Alice au pays des Merveilles : un voyage fantastique dans un royaume enchanté, peuplé de créatures insolites et facétieuses, habillées par Philippe Guillotel dont l'imagination délirante ne le cède en rien à celle de Philippe Decouflé. (...) On ne sait plus de quel côté regarder pour ne rien perdre du spectacle ! (...) Inspiré d'un vieux bouquin de recettes médicales ? un Codex aux illustrations délirantes ? Decodex guérit du stress et de la morosité.
Le Figaro, novembre 1995

Devenu star internationale en organisant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'Albertville, Philippe Decouflé reste fidèle à sa bande. Chorégraphe, mais aussi cinéaste, il revendique la pluridisciplinarité comme un art en soi. Avec sa dernière création, Decodex, cet éternel jeune homme discret aux allures de Spirou redonne un noble sens au divertissement.
Les Inrocks, décembre 1995

Assurément le spectacle le plus délirant de la rentrée.
Elle, août 1995