SPECTACLE EN TOURNÉE

DUCHAMP mis à nu par sa célibataire, même

 

Cette lecture-démonstration a été créée dans le cadre du Festival de la Correspondance de Grignan en juillet 2013. L'accueil du public nous a donné envie de reprendre ce spectacle étrange.
Il s'agit d'une lecture de la correspondance de Marcel Duchamp avec son ami Henri-Pierre Roché, qui couvre la période de 1922 à 1952. Trois personnages sont autour d'une table : Marcel Duchamp, qui lit ses lettres ; la célibataire même, qui commente, et le sujet sorti du cadre, qui s'occupe de la comptabilité. Les rôles sont souples et se mélangent parfois.
Même si Marcel Duchamp a été proche des surréalistes, sa correspondance est réaliste : il s'entretient avec Henri-Pierre Roché de questions matérielles, depuis Paris ou New York.
Gérald Stehr est l'initiateur et l'auteur de ce projet sur la correspondance de Duchamp. Il en a compilé les extraits, nous laissant toute liberté d'adaptation. Nous avons opté pour une grande simplicité et une mise en scène épurée. Peu de danse, pas de musique, quelques objets symboliques et la projection d'un film de Marcel Duchamp. « Réduire, réduire, réduire était mon obsession » disait Marcel Duchamp.

 

MISE EN SCÈNE ET INTERPRÉTATION : PHILIPPE DECOUFLÉ, ALICE ROLAND ET CHRISTOPHE SALENGRO
ADAPTATION : GÉRALD STEHR
LUMIÈRES : PATRICE BESOMBES

 

Projection d'Anemic Cinema de Marcel Duchamp
. Le texte est librement inspiré de Correspondances Marcel Duchamp - Henri-Pierre Roché 1918-1959, Scarlett et Philippe Reliquet, éditions Mamco
production Cie DCA - Philippe Decouflé, en accord avec l'association Marcel Duchamp. 
Cette lecture-démonstration a été créée à l'occasion et à l'initiative du Festival de la Correspondance de Grignan, le 7 juillet 2013.
Remerciements à Anne Rotenberg, Jacqueline Matisse Monnier, Antoine Monnier, Paul Franklin

 

Decouflé réussit si bien à tirer les cheveux de toute cette richesse... que ce mini-spectacle-lecture-clin d'oeil-croc-en-jambe d'une heure s'impose comme une réussite parfaite. Indispensable.
Le Point, Janvier 2014

Courez y, ce spectacle est un miracle de bonne humeur, d'intelligence, de fantaisie et de pédagogie. Decouflé, entouré de Christophe Salengro
et d'Alice Roland, donne une lecture des lettres de Duchamp à son cher Totor et autres écrits du maître adaptés par Gerard Stehr. On y comprend le peintre, sa manière, son goût de l'expérimentation, son détachement pour l'art, sa passion des échecs, son ironie Les deux mondes de Decouflé et Duchamp se donnent la réplique dans l'insolence, l'imagination et la fantaisie et c'est un régal.
Le figaroscope,
Janvier 2014