SPECTACLE

COEURS CROISÉS

 

Dans Coeurs Croisés, les corps exubérants rampent, se touchent et s'offrent les uns aux autres avec grotesque et goût de l'hyperbole. Cette galerie de silhouettes entre déshabillés érotiques et plumes de paon nous invite dans l'univers du burlesque. Tout est prétexte à effeuillage... Et toujours avec second degré, le nu oscille du réel à la plus pure théâtralité. Une petite scène circulaire et mobile au centre du plateau est le lieu de tous les regards : il y aura là strip-tease et corps à corps. Nudité aux mille contours. Danse du désir et extravagances. C'est un joyeux cabaret avec lampions lumineux et coeur rouge clinquant.

 

AVEC :
MARIANNE CHARGOIS, SOPHIE CORNILLE (MICHELINE), PIERRE ESTORGES (DJINN), LUDOVIC GAUTHIER (FRESH), ERIC GHESQUIERE (JOHNNY), NATHALIE HAUWELLE (GINGER), STÉPHANIE LHORSET (BOOPY BLOOM), SEAN PATRICK MOMBRUNO (SEAN), STÉPHANIE PETIT (MERCEDES), ALIX REIG (BLANCHE ALIX), HÉLÈNE RISTERUCCI (URGA), ALICE ROLAND (ALICE MOLESKINE), JACKIE TADEONI (KIKI BEGUIN), NOÉMIE VACHET (LOLLY POP DEATH CRUSH), DOROTHÉE (SOEURS SERUHS), BARBARA WASTIAUX (SOEURS SERUHS)
MISE EN SCÈNE :
PHILIPPE DECOUFLÉ
MUSIQUES ORIGINALES :
CYRIL LEFEBVRE, JOSEPH RACAILLE, MATTHIEU BALLET
MUSICIENS :
MATTHIEU BALLET, CYRIL LEFEBVRE, AUDE LEMOIGNE, JOSEPH RACAILLE, MICHEL SCHICK
COSTUMES :
JEAN MALO, PEGGY HOUSSET, JACKIE TAEDONI, PIERRE ESTORGES
ASSISTANTE A LA MISE EN SCÈNE :
SOPHIE CORNILLE
SON :
CLAIRE THIÉBAULT
RÉGIE GÉNÉRALE :
BEGOÑA GARCIA NAVAS
LUMIÈRES ET PLATEAU :
DENIS GOBIN
DIRECTION TECHNIQUE :
LAHLOU BENAMIROUCHE
DIRECTION DE PRODUCTION :
FRANK PIQUARD, ASSISTÉ DE VALÉRIE KULA

 

Spectacle créé en 2007 dans la cour du Palais Royal pour le Festival « Paris Quartier d'été »

 

Que de strip-tease ! Que de soutiens-gorge qui volent et de petites culottes à froufrous, de corsets à lacer pour mieux les délacer ! (...) Le patron de cette affaire de lingerie s'appelle Philippe Decouflé. Toujours amoureux de l'envers du décor, des corps de travers et autres trafics de style, Philippe Decouflé signe un spectacle de cabaret néo-burlesque entre music-hall et variété.
Le Monde – 20/07/2007

Un hommage au cabaret, au music-hall, voire au cirque, qui mêle musique, danse effeuillage, folie douce et bonne humeur générale (...) Il se passe toujours quelque chose sur la scène. Les décors sont superbes, la musique jouée en direct par Joseph Racaille et ses musiciens apportent une réelle dimension à ce spectacle...
indisciplinaire.
Ouest France – 19/03/2008

Quand le chorégraphe s'attaque à l'art de l'effeuillage, il le projette dans la poésie et l'humour les plus rafraîchissants et le libère de ses clichés (...) Un casting ébouriffant, une mosaïque de numéros éblouissante et attendrissante où l'on s'autorise la prise de parole, le gag, la cohabitation du sublime et du tue-l'amour et évidemment, le trouble pur.
Le Parisien – 21/07/2008

Sur ce thème de la nudité et des frontières brouillées entre l'intime et l'exhibé, le chorégraphe monte un spectacle faussement léger. « Il est dit que Decouflé aime les corps dans la diversité de leurs anatomies, leurs rondeurs et leurs exubérances  ». De l'excès donc, pour mieux approcher la pluralité.
La Croix – 14/07/2007