Adaptation

Gérald Stehr

Il est l’auteur d’une vingtaine d’albums pour enfants, dont Mais où est donc Ornicar (Archimède-École des loisirs), Comment dit-on maman en langue girafe ?, Monstres de père en fils (Actes Sud jeunesse). Dans le cadre de l’association Ombre en lumière, il écrit une trentaine de petites pièces de théâtre jouées par les enfants dans le cadre scolaire, notamment : Le Collectionneur de problèmes, Le bonheur est-il divisible ?, La République des oiseaux, primée pour le Printemps théâtral et publiée chez Lansman. Parmi ses différentes publications, on trouve aux éditions La Rude Grimace La Toilette du mort, Les Chambres d’Aldruc de Minolduque, Pièce en un seul morceau sans couture ; aux éditions Paradox L’Apocalypse selon singeant, La Démocratie expliquée aux schizophrènes, Le Voyage en Rorchachie.
Il termine actuellement Les 24 journées de Gomorrhe, un ensemble pour adultes de vingt-quatre formes théâtrales : La Démocratie expliquée aux schizophrènes, OEdipe Reine, Le Bourgeois anti-homme, Didascalies pour Nerval et Celan, Pourquoi a-t-on assassiné George Pompidou avec une épingle à nourrice, Peut-on éteindre les incendies avec de la salive ?, Un ivrogne parle aux Français, Je m’endehors, etc... Depuis 2006, il adapte pour la scène une trentaine de correspondances, dans le cadre du festival de la correspondance de Grignan.
Gérald Stehr est également peintre, il vient d’exposer 72 homo-rorchachiens au Palais de Chaillot lors de la résidence d’Alban Richard, et termine actuellement son huitième voyage en Rorchachie (144 planches) et son Lascaux urbain, une salle peinte de 144 mètres carré.
Il est l’initiateur et l’auteur de ce projet sur la correspondance de Duchamp. Il en a compilé les extraits, laissant toute liberté d’adaptation aux interprètes.